Travailler sur soi pour trouver l’amour?

Qu’est-ce qui t’empêche aujourd’hui de trouver l’amour ? J’ai envie de te donner ma vision : une vision différente de celle que tu entends tous les jours pour te permettre de te réconcilier avec toi-même !

Quand quelque chose ne va pas chez toi.

Ce qui me frappe chez les femmes célibataires que j’accompagne, c’est le poids de leur entourage sur l’image qu’elles se font d’elles-mêmes.

Parmi leurs ami.e.s, leur famille, surtout celles et ceux qui sont en couple depuis longtemps, certain.e.s se permettent de juger la raison pour laquelle elles sont encore célibataires.

Ces femmes s’entendent dire par leur entourage que si elles sont encore célibataires, c’est parce que quelque chose ne va pas chez elles.

Et elles finissent par y croire.

Ces critiques les touchent aussi bien dans leur être que dans leur manière de se comporter :

Tu es trop émotive.

Tu prends trop les choses à coeur.

Tu es trop exigeante.

Tu es trop habituée à être seule.

Tu fais peur aux hommes.

Tu es trop démonstrative.

Tu n’es pas assez entreprenante …

Et en même temps, ces femmes sont assaillies d’avis aussi nombreux que variés qui ne les aident pas à se connecter à leur intuition :

Tu devrais lui envoyer un message.

Tu devrais l’inviter.

Tu devrais passer à autre chose, il te mérite pas.

Oublie-le.

Il faut que tu sortes pour rencontrer du monde.

Aux yeux de certaines personnes en couple, les célibataires sont considérées comme des problèmes à résoudre.

Aux yeux de certaines personnes en couple, les célibataires sont considérées comme des problèmes à résoudre.

Les personnes en couple ne sont pas parfaites.

Je ressens une telle pression sur les épaules des femmes célibataires…

Je les entends me répéter: Je dois travailler sur moi. ou bien Ça fait des années que je travaille sur moi, je comprends pas pourquoi j’arrive pas à trouver l’amour.

Comme si qui elles étaient n’était pas valable et qu’elles n’étaient pas digne d’être aimées telles qu’elles sont. Comme si elles avaient à se transformer pour pouvoir enfin accueillir l’amour.

Pourtant, chaque jour de nouvelles personnes se mettent en couple et quand on les observe, on se rend bien compte qu’elles ne sont pas parfaites.

Comme tout le monde, elles ont :

  • des faiblesses
  • des blessures
  • des doutes
  • des crises

Aujourd’hui, je crois qu’une femme n’a pas besoin d’être parfaite pour trouver l’amour. Sa vie non plus. Elle peut trouver l’amour ici et maintenant, exactement comme elle est.

Si c’est possible, qu’est-ce qui empêche alors les femmes d’y croire ?

Je crois qu’une femme n’a pas besoin d’être parfaite pour trouver l’amour. Sa vie non plus. Elle peut trouver l’amour ici et maintenant, exactement comme elle est.

Les obstacles à l’amour en nous

Il y a effectivement des obstacles qui nous empêchent d’accueillir l’amour. Ceux-ci ne viennent pas vraiment de qui nous sommes mais plutôt de qui nous ne sommes pas.

Les peurs et les croyances limitantes nous empêchent de nous ouvrir à l’amour car elles nous empêchent :

  • d’être pleinement nous-même
  • de penser et réagir comme on le souhaite

Comme des mauvaises herbes, elles étouffent notre vraie nature.

Elles nous poussent à saboter une relation et limitent notre potentiel d’amour.

Je le vois à chaque fois que je fais un accompagnement en séance NERTI avec une femme pour la libérer d’une peur ou d’une réaction émotionnelle excessive telle que :

  • la peur d’être abandonnée
  • la peur de rester seule
  • la peur d’être trompée
  • la peur de ne pas (re)trouver l’amour … etc

Au début, il lui est difficile d’évoquer un conflit ou un problème qu’elle rencontre en amour sans ressentir de très fortes tensions, voire de l’angoisse.

À la fin de notre accompagnement, je découvre une autre femme. Celle qui ne demandait qu’à renaître à l’amour.

Une femme plus sereine et légère.

Une femme dont les pensées et les actions sont plus en accord avec son être.

Elle n’a pas vraiment changé, nous avons découvert qui elle est sans sa couche de peur et de protection.

Je suis convaincue que l’accueil de l’amour passe par le dépouillement plus que par la transformation de soi.

Nous cherchons à changer là où nous avons simplement besoin de nous libérer.

Dans un prochain article, nous verrons plus en détail ce qui devient possible pour une femme en amour une fois qu’elle est libérée de sa peur.

2 commentaires sur “Travailler sur soi pour trouver l’amour?

  1. Hier, je me questionnais à nouveau sur mon célibat et voila qu’aujourd’hui, je reçois un mail concernant cet article qui répond à tout et décrit exactement ma situation.
    Il est vrai qu’en tant que célibataire, on se compare vite aux autres en couple, en ayant le sentiment de pas avancer et d’avoir un bug. Notre entourage ne cesse de nous conseiller, et d’avoir parfois un regard de pitié concernant notre situation sentimental, même si on est heureux ainsi (car après tout, on ne l’a pas forcément choisi d’être celibataire, on va pas se morfondre sur quelque chose qu’on ne contrôle pas).
    Et il y a en effet ce sentiment de culpabilité vis a vis de soi même, de ne pas être à la
    Hauteur pour accueillir l’amour. On cherche des explications logiques au fait d’être seul. Donc on se dit qu’on doit sûrement travailler des choses. Moi je me dis souvent que je manque encore trop de confiance en moi, que je ne suis pas assez affirmée pour attirer l’amour. Et pourtant autour de moi, je vois des femmes remplies de faiblesses qui arrivent malgré tout à construire une vie de couple. Alors pourquoi ce désir de perfection ? Pourquoi ne pas accepter qu’on puisse aussi être aimée en étant par moment faible ?

    Je me suis beaucoup torturée l’esprit avec tout ça, et depuis quelques temps, je dirai que j’ai fait le deuil de mon idéal de couple. J’ai affrontée ma peur de finir seule, en me demandant « et si jamais je ne rencontrais jamais l’amour ? Est ce pour autant que je serai moins valable ? Est ce que ma vie aurait moins de valeur ? Et même si je ne deviens jamais maman, est ce si grave ? »
    Cela m’a fait beaucoup pleurer sur le coup, mais à la fois, ça m’a enlevé un poids. J’ai affronter le pire pour mieux l’appréhender. J’ai mis à jour ma plus grande peur pour pouvoir réussir à l’entrevoir, à la vivre, puis l’accepter.

    Je suis toujours célibataire, mais je ne stresse plus. Je ne m’impatiente plus. Oui, parfois la solitude est pesante et il y a des coups de blues, ce qui est tout à fait normal. Mais plus d’angoisse. Et la vie paraît tout de suite plus sereine.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *