9 choses que j’aimerais vivre avant de mourir.

[chapo]En écrivant cet article, je participe au festival A la croisée des blog. Ce festival est un évènement dédié au développement personnel organisé entre plusieurs blogs. Chaque mois un blogueur organisateur choisit un thème et les blogueurs qui le souhaitent écrivent un article en rapport avec ce sujet. L’organisateur de ce mois est Julien du blog The life list. Il nous a demandé de réfléchir sur le thème suivant: Que souhaitez-vous réaliser avant de mourir? J’ai donc décidé de faire la liste de 9 choses entre autres, que j’aimerais particulièrement vivre avant de mourir. [/chapo]

 

1.Vivre dans l’instant présent.

“Ne demeure pas dans le passé, ne rêve pas du futur, concentre ton esprit sur le moment présent”

[Bouddha]

Pourquoi vivre dans l’instant présent?

J’aimerais vivre dans l’instant présent car le passé et le futur n’existent pas, seul le moment présent existe et c’est le seul moment où nous pouvons agir: ici et maintenant. Vivre dans la nostalgie du passé ou dans la crainte du futur, ce n’est pas vraiment vivre… Pour moi, on ne peut pas avancer sereinement dans la vie sans être centré sur l’instant présent.

Comment vivre dans l’instant présent?

J’ai trouvé plusieurs moyens de rester centré sur l’instant présent.

1. Pratiquer le yoga: quand je pratique le yoga, je ne pense à rien d’autre qu’aux postures que je dois effectuer sur le moment et je me sens en accord avec moi-même. Ca me permet de ralentir et de me poser un peu. Ce n’est pas pour rien si le mot “yoga” signifie union du corps et de l’esprit.

2. Méditer: quand j’ai commencé à pratiquer la méditation assise, je croyais que méditer c’était juste s’asseoir en respirant et en essayant de ne penser à rien. Mais méditer ce n’est pas seulement cela. C’est tout simplement d’observer et d’accepter ce qui se passe dans notre corps, dans notre mental et autour de nous, sans porter de jugement. C’est être conscient de nos sensations, de nos pensées et de notre caractère. C’est pourquoi il n’est pas forcément nécessaire d’être assis pour méditer, on peut le faire n’importe où et n’importe quand.

3. Faire des exercices de relaxation.

Parfois, il m’arrive d’être tendue, d’avoir des douleurs ou de devoir faire face à des situations stressantes comme tout le monde. J’ai appris au fil de mes lectures de nombreux exercices de relaxation que je connais par coeur et que j’applique  de manière instinctive en cas de stress.. Ils m’aident à ne pas trop écouter mon mental et à me centrer sur mon corps pour me détendre.

Le yoga, la méditation et les exercices de relaxation m’aident à gérer mes émotions et à faire face aux situations stressantes au quotidien. C’est pourquoi je souhaite continuer à utiliser ces techniques.

Si vous aussi vous voulez apprendre à vivre dans l’instant présent, je vous conseille ce livre:

2. Faire le vide et ne garder que l’essentiel.

“Savoir se contenter de ce que l’on a, c’est être riche”

[ Lao-Tseu]

Pourquoi faire le vide?

Depuis que j’ai lu le livre de Dominique Loreau, “l’art de la simplicité”, je suis admiratrice de la simplicité volontaire. La simplicité volontaire est un art de vivre qui consiste à ne garder avec soi que les objets dont on a réellement besoin et dont on se sert régulièrement et à ne pas accumuler des possessions matérielles inutiles.

J’aime la simplicité volontaire car elle va à l’encontre de la société actuelle qui nous pousse à toujours consommer plus. La simplicité volontaire nous enseigne à privilégier la qualité à la quantité. Elle nous apprend à dépenser moins et pour des choses dont nous avons vraiment besoin, pas pour répondre au caprice du moment. Elle nous aide aussi à vivre et faire et être plutôt qu’à avoir. L’argent que nous ne dépensons pas dans les possessions matérielles, nous pouvons le consacrer à des activités qui nous épanouissent telles que les loisirs, sorties, voyages. Et nous nous sentons ainsi plus riches intérieurement.

Comment faire le vide?

J’ai commencer à adopter certaines habitudes comme celle de vendre sur internet ou donner à des associations des objets ou vêtements que je n’utilise plus. En fait, je sais assez facilement me débarrasser des objets qui m’encombrent en dehors des livres et des magazines que j’ai eu tendance à accumuler ces dernières années. J’en ai tellement acheté que je n’ai même pas eu le temps de tout lire, et malgré tout je continue à en acheter. J’ai des dizaines de magazines de déco, de livres de développement personnel et certains livres que je lis en ce moment sont des livres que j’ai acheté il y a 2 ou 3 ans!

Je pense que la solution pour désencombrer en permanence serait que pour un objet acheté, deux objets sortent de chez moi. En ce qui concerne les livres et les magazines, il faudrait que je m’autorise à en acheter un seulement quand j’en ai déjà lu deux qui sont déjà en ma possession. Ensuite je pourrais me demander une fois le livre lu s’il m’est vraiment indispensable et si je le relirai. Si la réponse est non, je pourrai le donner ou le vendre. Pour les magazines de déco, s’il y a moins de 10 pages qui me plaisent, je pourrai les découper et les mettre dans un classeur et me débarrasser de tout le reste, ce que j’ai déjà commencé à faire. Enfin, pour éviter d’acheter des objets inutiles, je pourrai me poser les question avant l’achat: “Est-ce que j’en ai réellement besoin? Est-ce que je m’en servirai régulièrement?” Mon idéal serait de vivre avec très peu d’objets comme si je pouvais quitter mon logement à tout moment ou comme si j’étais dans une location de vacances. J’espère pouvoir y arriver!

Si vous aussi, vous voulez apprendre à adopter la simplicité dans votre intérieur (et dans votre vie), je vous conseille ce livre:

3. Partager de l’amour.

“Ta tâche n’est pas de chercher l’amour, mais simplement de chercher et trouver tous les obstacles que tu as construits contre l’amour”

[Rûmi]

Pourquoi partager de l’amour?

S’il y a bien une chose pour laquelle je pense qu’on est né, c’est pour vivre l’amour. Mais quand je dis ça, je ne pense pas seulement à l’amour entre un homme et une femme mais aussi à l’amour que l’on partage avec sa famille, avec ses amis et par extension avec tous les êtres humains. Nous sommes tous si différents et pourtant nous sommes tous égaux  devant la mort. Nous ne savons pas à quel moment nous ne serons plus de ce monde. Alors pourquoi ne pas profiter de ce temps limité pour partager de l’amour avec tous ceux qui nous entourent?

Comment partager de l’amour?

Je pense que dans ce domaine j’ai des progrès à faire comme tout le monde. Je suis très indépendante et de nature solitaire même si j’apprécie aussi passer des moments en compagnie de ceux que j’aime. J’ai du mal à rester en contact avec les personnes en dehors du moment où j’ai envie de les voir. Je n’aime plus passer des heures au téléphone car je trouve que c’est une perte de temps. Mais je pense qu’une fois par jour je pourrai envoyer un petit message ou appeler très rapidement une personne que j’aime pour prendre de ses nouvelles. Une autre idée serait d’organiser plus d’évènements tels que les sorties au restaurant, au bar, au ciné, ou pour aller danser et d’y inviter mes copines.

Ensuite, je pense qu’un autre moyen de partager de l’amour avec ceux qu’on aime est de leur préparer à manger. Non seulement on met du coeur et du temps à préparer un repas, mais en plus cela nous permet d’être rassemblés autour d’une table, de se retrouver et de passer un moment agréable ensemble. Depuis la nouvelle année 2012, j’ai mis en place une initiative qui consiste à préparer un repas le dimanche et d’y inviter soit des amis, soit de la famille. J’ai choisi le dimanche car j’ai remarqué que c’est souvent un jour où on s’ennuie et on ne fait rien de la journée. Pour moi c’était donc un moyen de tester des nouvelles recettes et de rompre avec la monotonie. J’ai organisé trois repas du dimanche avec ma famille et ça a été un succès, ça a mis de l’animation et de l’ambiance dans la maison. Et ce qui me fait le plus plaisir, c’est que ma famille a poursuivi cette initiative et qu’ils organisent un grand repas le dimanche même quand je ne suis pas là! Sourire J’aimerais donc continuer à le faire chaque fois que je le pourrai.

4. Faire du sport.

“Mon corps est un jardin, ma volonté est son jardinier.”

[William Shakespeare]

Pourquoi faire du sport?

Le sport pour moi est vital. Non seulement au niveau physique mais aussi au niveau mental. Les bénéfices qu’il m’apporte au niveau physique sont le fait de me sentir en forme, de modeler ma silhouette, de ne pas prendre du poids. Les bénéfices qu’il m’apporte au niveau mental sont le fait de pouvoir me défouler, évacuer un trop plein d’énergie et d’émotions, retrouver le calme quand je me sens un peu agitée. J’aimerais continuer les sports que je fais en ce moment (yoga, fitness), reprendre la salsa dès que j’en aurai le temps et reprendre d’autres activités qui me plaisaient beaucoup quand j’étais enfant (roller, vélo). Et pourquoi pas découvrir et expérimenter de nouvelles activités sportives telles que de nouvelles danses par exemple.

Comment faire du sport?

Je fais du sport au minimum une fois par semaine, il m’arrive parfois d’arrêter pendant plusieurs mois, mais les conséquences se font vite ressentir: je commence à être plus nerveuse, à avoir des douleurs… Donc je finis toujours par reprendre. La seule chose que j’aimerais c’est de pouvoir faire du sport de manière régulière et plus souvent (3 à 4 séances par semaine) sans me sentir obligée de le faire. Car même si je me rend compte des bénéfices que le sport m’apporte, la fainéantise ou la fatigue prend parfois le dessus. Je pense que je pourrai m’accorder une récompense particulière (comme un gâteau au chocolat ou regarder un film) qu’une fois que j’ai fait ma séance de sport. Je pourrai aussi marquer sur un carnet de bord, les bénéfices que la séance m’a apporté juste après l’avoir faite. Le fait de relire mon carnet pourra ainsi me motiver.

5. Aider les autres.

“L’homme le plus heureux est celui qui fait le bonheur d’un plus grand nombre d’autres”

[Denis Diderot]

Pourquoi aider les autres?

Je crois que a plus grande passion, celle qui est à la base de toute mes passions, celle qui est ma ligne conductrice dans ma vie est d’aider les autres. J’ai un parcours assez atypique: j’ai d’abord suivi des études d’anglais jusqu’à ma licence pour passer le concours de professeur des écoles. Puis après avoir obtenu ma licence, j’ai changé d’avis et j’ai fait une formation de décoration intérieure (que j’ai fini mais pas encore exploitée). Entre temps j’ai trouvé un poste de remplaçante de profs d’anglais (mon emploi actuel). Au moment de vouloir créer un blog sur la déco, l’idée de créer un blog sur l’amour m’est apparue comme plus indispensable, plus vitale. Je me suis dit que dans la vie trouver l’amour était bien plus important que de décorer son intérieur. C’était ma préoccupation actuelle mais aussi celle de nombreuses femmes autour de moi. En fait on me parlait beaucoup plus d’amour que de décoration.

Comment aider les autres?

J’ai toujours aimé le faire mais pendant de nombreuses années je l’ai mal fait car j’ai pris les choses dans le mauvais sens. Je pensais que c’était en aidant les autres qu’on pouvait s’aider soi-même. Plutôt que d’aider vraiment les autres je m’identifiais à leurs problèmes et je m’impliquais pour trouver une solution à leur place. Agir ainsi m’a vraiment épuisé, je n’avais plus rien à donner et j’étais vidée. J’ai compris par la suite que ce n’est qu’en s’aidant soi-même qu’on pouvait aider les autres, car tout part de nous. On ne peut pas aider les autres sans prendre soin de soi. J’ai donc appris à me recentrer sur moi et à régler mes problèmes personnels avant d’aider les autres, à faire des pauses quand c’était nécessaire. C’est l’idée de base de ce blog, le but de ce blog est d’apprendre à être heureuse en amour pour aider les autres à le faire. Comment pourrais-je apprendre aux autres femmes à être heureuses si moi même je ne le suis pas? Je me centre donc d’abord sur moi pour servir d’exemple aux autres femmes et ainsi j’ai le sentiment de leur apporter plus que si je leur donnais des simples conseils car je vis les choses par moi-même avant de donner des conseils.

Une autre chose que j’ai toujours souhaité faire est de me lancer dans l’humanitaire. Le fait de réfléchir sur ce sujet du festival à la croisée des blogs m’a aidé à me lancer. A chaque fois, je me disais que ce n’était pas le moment, que je m’y mettrai quand j’aurai plus de temps. Mais réfléchir sur cet article m’a aidé à comprendre qu’il ne faut pas repousser en permanence nos rêves. Je me suis donc inscrite dans un accueil de jour pour les femmes en difficulté, dans laquelle je serai bénévole une demi-journée par semaine. J’ai commencé la semaine dernière et ça m’a vraiment rendu joyeuse de me sentir utile. De plus moi qui croyait que ça n’irait que dans un sens, que ce serait moi qui apporterait quelque chose à ces femmes je me suis rendue compte de mon erreur. Ces femmes nous apportent autant qu’on leur apporte. La semaine dernière, une femme m’a appris à tricoter et deux femmes accueillies ont ramené un couscous qu’elles avaient préparé chez elles pour le partager avec tout le monde à midi. J’ai apprécié ce moment de convivialité et je me suis sentie proche de toutes ces femmes bien que je ne les connaisse pas. Je pense que cette expérience avec ces femmes va aussi beaucoup m’apporter pour mon blog.

6. Développer ma créativité.

“Le don de créativité se niche en chacun de nous, dans l’attente de s’exprimer.”

[Pat B. Allen]

Pourquoi développer ma créativité?

J’ai découvert mon sens de la créativité assez tard. Depuis mon enfance, j’ai toujours aimé les activités manuelles: bracelets brésiliens, perles, macramé… Mais ce n’est qu’à 18 ans quand je suis partie de chez mes parents que mon besoin de créativité s’est vraiment réveillé, comme un volcan qui était jusque là éteint. J’ai emménagé dans mon appartement et il m’a fallu le décorer. Ce qui pourrait apparaître comme un luxe aux yeux des autres m’a paru indispensable à mon bien-être. Il me fallait un intérieur bien rangé et décoré pour me sentir en harmonie chez moi, comme dans un cocon. J’ai commencé à acheter des magazines de déco et à devenir passionnée très rapidement par la suite, et cela bien avant que ce soit à la mode avec Valérie Damidot. Je ne pensais qu’à ça tout le temps: je regardais des émissions, des sites internet, des magazines, des livres. Je regardais les décorations partout où je pouvais me trouver (chez les gens, dans les restaurants, dans la rue) et je m’en servais pour m’inspirer. Jusqu’au moment où après cinq années de passion, j’ai décidé de suivre une formation de décoration intérieure. Et finalement, je trouvais cette formation plus technique que créative, il fallait être très méticuleux pour faire les plans et les dessins en perspective, ce qui n’est pas mon fort. Ca m’a un peu “dégoûté” de la décoration car je me sentais nulle en dessin, j’avais besoin de choses plus concrètes. Cela fait un an que j’ai obtenu ma formation et je commence à nouveau à m’intéresser à la décoration, lire des magazines et regarder des émissions. Mon père m’a un peu aidé en m’achetant des magazines et en me poussant à regarder des émissions avec lui. Et finalement ça a marché, le volcan commence à se réveiller à nouveau!

Comment développer ma créativité?

Je pense que j’ai plus besoin d’agir que d’observer en matière de création. Je ne cesse de piocher des bonnes idées dans les magazines et les livres mais j’ai besoin de toucher la matière et de créer. C’est ce décalage là que j’ai ressenti quand je faisais ma formation de décoration. La meilleure manière pour moi de développer ma créativité serait de me réserver une demi-journée par semaine (le dimanche par exemple) pour créer quelque chose: un bijou, un objet ou autre. Je pense que si je m’y tiens le reste suivra, je finirai par le faire naturellement.

Si vous aussi vous voulez développer votre créativité, je vous conseille le livre suivant:

7. Réussir le permis et conduire ma voiture.

On se marieexactement comme on passe son baccalauréat ou son permis de conduire : c’est toujours le mêmemoule dans lequel on veut se couler pour êtrenormal, normal, NORMAL, à toutprix. »

[Frédéric Beigbeder]

Pourquoi réussir le permis?

J’ai essayé de passer mon permis à plusieurs reprises (au moins 6 fois je crois) mais j’ai échoué à cause de la peur. J’ai peur des dangers de la route, peur de mal conduire et je ne me fais pas confiance. Pourtant je me rend compte tous les jours à quel point le fait de ne pas avoir le permis, quand on habite en province est très handicapant. Rien que pour aller au travail, je dois me débrouiller pour qu’on m’emmène car mon lieu de travail se trouve à la campagne. Pour les sorties, n’en parlons pas, soit je dois y aller à pied pour aller dans un bar (ce qui veut dire une demi-heure de marche aller), soit je dois me débrouiller pour me faire emmener quand c’est plus loin ce qui n’est pas toujours évident, alors parfois je finis par me décourager et rester chez moi. C’est la même chose pour les courses, pour y aller en bus c’est très compliqué et on ne peut pas se permettre d’être chargé. C’est pour avoir l’impression d’être normale que j’aimerais réussir le permis, car je me rend compte que ne pas l’avoir m’exclut de la société.

Comment réussir le permis de conduire?

A ce jour je ne le sais toujours pas! Mon moniteur m’a dit que mon problème n’était pas la conduite mais mon manque de confiance en moi lorsque je conduis. J’ai déjà testé l’hypnose qui ne m’a fait aucun effet mais je compte bien essayer d’autres techniques comme la réflexologie plantaire, le shiatsu ou la méthode TIPI. L’idée serait aussi de préparer le permis en mode accéléré pour bien me concentrer dessus et ne pas perdre les bénéfices d’une séance à  l’autre.

Si vous aussi vous souhaitez vous libérer de la peur de conduire, je vous conseille ce livre qui m’a aidé à mieux gérer les situations de conduite:

8. Faire le tour du monde.

“Il n’y a d’homme plus complet qui a beaucoup voyagé, qui a changé vingt fois la forme de sa pensée et de sa vie”

[Alphonse de Lamartine]

Pourquoi faire le tour du monde?

Le tour du monde je le fais déjà au quotidien, j’ai toujours été attirée et entourée par des personnes originaires d’autres pays que la France et qui ont d’autres cultures à me faire découvrir, ou qui ont une double culture comme moi. Je voyage aussi à travers des livres qui parlent du choc des cultures tels que “Brick Lane”, “Salaam London”. Confronter sa culture à d’autres cultures c’est ce qui me passionne le plus. Je trouve qu’on en ressort grandi et qu’on voit les choses différemment.

C’est en revenant de Londres il y a a peu près trois ans que j’ai eu cette idée de faire le tour du monde physiquement. Cette idée m’amusait un peu car elle me semblait à la fois folle et irréaliste. Depuis cette idée a mûri dans mon esprit à tel point que j’ai décidé d’y consacrer une tirelire et que j’ai fait la liste des pays que j’aimerais visiter. Dans le passé, j’ai fait plusieurs voyages en Europe en colonie de vacances. A 16 ans, j’ai fait un voyage itinérant en car sur la Costa brava et aux Baléares. A 17 ans, j’ai fait un voyage itinérant de 3 semaines en Europe: Belgique, Allemagne, Pays-Bas, Autriche, République Tchèque, Italie. Depuis je suis allée en Espagne, en Belgique et plusieurs fois à Londres. Mais j’aimerais m’ouvrir à d’autres pays d’Europe et sortir de l’Europe. J’aimerais prendre l’avion même si je ne l’ai jamais pris et que ça me fait un peu peur et j’aimerais par dessus tout découvrir mon pays d’origine: les Comores. J’aimerais aussi intégrer une dimension artistique au tour du monde en découvrant l’art propre à chaque pays et en m’initiant aux techniques de création qu’on y trouve.

Comment faire le tour du monde?

Je pense que je pourrai déjà préparer un cahier ou une pochette dans laquelle je récolterai des informations sur les pays qui m’intéressent. Ensuite et le plus important serait de remplir une tirelire que j’ai prévu à cet effet de manière régulière pour avoir assez d’argent pour partir dans le premier pays. Ca signifie donc de faire passer ce désir de voyage avant certaines choses moins importantes et limiter les dépenses inutiles. Une fois que j’aurai fait un voyage vers un pays que je ne connaissais pas, si j’ai envie de repartir j’économiserai de l’argent pour visiter un autre pays.

Si vous voulez faire le tour du monde sans bouger de chez vous et vous confronter à d’autres cultures je vous conseille les livres suivants:

Sinon, je vous conseille le site suivant si vous voulez préparer votre tour du monde.

9. Fonder une famille.

“Moi je dors dans mon lit et mon petit frère dans le sien. Maman et papa dorment ensemble parce qu’ils sont de la même grandeur”

[Paroles d’enfant]

Pourquoi fonder une famille?

J’aimerais fonder une famille ne serait-ce que pour entendre des phrases pleines de spontanéité comme celle-là! Mais aussi parce que je suis persuadée que la famille c’est une force, comme les racines d’un arbre. Je viens d’une famille nombreuse et j’ai cette notion de famille ancrée en moi depuis toujours. J’aimerais donc agrandir cette famille. Fonder une famille, ça veut aussi dire pour moi fonder un foyer, d’établir dans une maison et la décorer de manière à ce que tout le monde s’y sente en harmonie, partager des repas et des moments agréables en famille.

Comment fonder une famille?

Chaque chose en son temps! Déjà avant de fonder une famille j’aimerais trouver un homme avec qui je puisse envisager un avenir, avec qui je puisse construire une relation stable et durable. Et c’est dans ce but que j’ai crée ce blog. Ensuite, au moment où on sera prêt tous les deux, j’aimerais avoir un enfant, et pourquoi pas d’autres par la suite. C’est un de mes rêves.

Je vous laisse la parole dans les commentaires: quelles sont les choses que vous aimeriez vivre avant de mourir?

Préserver votre vie privée, c'est ma priorité. 😉 Votre adresse email ne sera pas diffusée.

10 commentaires sur “9 choses que j’aimerais vivre avant de mourir.

  1. Bonsoir Marina,
    Je confirme ton intuition concernant la méthode Tipi.
    Lorsque quelque chose nous résiste comme le permis, ce n’est pas qu’une question de confiance en soi. Il y a souvent associée à la conduite des mémoires. Elles sont parfois transgénérationnelles mais viennent aussi de la vie intra-utérine. Avec toute la bonne volonté du monde, il est difficile de se dégager d’une mémoire cellulaire alors qu’en une seule séance tu peux en être dégagée.

  2. @Marina
    C’est quoi la méthode TIPI exactement?
    Excellent votre papier.
    Je suis un homme et j’ai exactement la même démarche que vous : à savoir rencontrer une femme qui me correspond en terme de valeur et avec qui je puisse construire une relation amoureuse durable et stable. J’apprécie particulièrement votre démarche. Je n’ai pas créé de blog, mais depuis ma dernière rupture l’an dernier, je profite de mon célibat pour me poser, pour lire beaucoup et réfléchir à ce que j’attends de ma vie. Cette période de jachère me donne beaucoup d’énergie. Cette force,je la ressens également à travers vos écrits.
    Je vous souhaite de rencontrer l’amour.

    1. Merci Dominique je vous souhaite également de trouver l’amour 🙂
      La méthode TIPI c’est une technique d’identification des peurs inconscientes, elle permet de se débarrasser des phobies et angoisses.

  3. Bonjour Marina, j’ai bien aimé lire cet article plein d’énergie, d’observation et de réflexion !

    Ecoutez vous et expérimentez toujours, petit à petit les choses se mettent en place d’elles même.

    zenie

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *