7 leçons de vie tirées du film Cloclo

[chapo]On m’a offert dans mon entourage des places en avant-première pour aller voir le film Cloclo. Je dois dire que je n’étais pas particulièrement emballée car je ne suis pas une grande fan, mais je suis littéralement tombée sous le charme! A tel point que cela m’a inspiré un article… Voilà les 7 leçons de vie qui m’ont été inspirées par le film.[/chapo]

1. C’est quand on s’écoute soi-même avant d’écouter les autres que l’on suit sa destinée.

Le père de Claude François ne voulait pas le voir faire de la musique, il voulait le voir travailler dans une banque. Mais Claude s’y est opposé, il a préféré de loin suivre sa passion même si cela signifiait voir son père lui tourner le dos et ne plus jamais lui adresser la parole. Il lui a dit “je préfère gagner peu d’argent en faisant de la musique qu’en travaillant dans une banque”.

Cet exemple nous montre que quand on s’écoute, on n’agit pas selon l’image que les autres se font de nous, mais selon notre conception de la vie. Et on est forcément plus heureux car on suit sa propre voie.

 

2. Plutôt que l’ambition, c’est la passion et la persévérance qui façonnent le succès.

Avant d’être un ambitieux, Claude François était un grand passionné de musique et c’est ce qui fait toute la différence. Etre avant tout passionné lui a permis de ne pas se décourager à la moindre occasion. Il voulait vivre de sa passion et il s’en est donné les moyens. Tout d’abord en étant musicien. Ensuite, il s’est rendu au label Philips à de nombreuses reprises pour proposer ses chansons, mais ceux-ci n’étaient pas convaincus de son potentiel. Ils pensaient que sa musique était démodée. Ils lui ont même donné un billet de concert pour aller voir Johnny et écouter ce qui selon eux marchait le mieux auprès des jeunes. A force de le voir venir et revenir dans leur bureau avec de nouvelles chansons, ils ont accepté de diffuser une de ses chansons qui a été un échec. Malgré cela, il ne s’est pas découragé, cette erreur lui a permis de se repositionner et il a réussi à les convaincre de lui laisser une seconde chance, grâce à la chanson “Belles Belles Belles” l’adaptation de “Girls, girls, girls” avec laquelle son succès a commencé.

Cela nous montre qu’on doit faire preuve de persévérance en suivant sa passion. Ce n’est pas parce qu’on est passionné et qu’on a du talent que tout nous est dû. Non, on doit faire des efforts et apprendre de nos erreurs pour progresser au quotidien.

 

3. Aimer quelqu’un c’est accepter sa liberté et son bonheur.

Claude François s’est marié avec Janet  Woollacott, une danseuse anglaise, au moment où il n’était pas encore connu. Il l’aimait d’un amour tellement possessif que ça a fini par l’étouffer et elle a fini par le quitter pour un autre: Gilbert Bécaud. Il a ensuite eu une histoire d’amour avec France Gall. A un moment, il l’a quitté parce qu’elle avait gagné à l’Eurovision avec la chanson “la poupée qui dit non”. Il a éprouvé de la jalousie pour son succès, à tel point qu’il ne voulait plus lui adresser la parole, ni la voir.

Cet exemple nous montre que quand on aime quelqu’un on doit avant tout accepter de le laisser libre. Avoir peur de perdre l’autre, c’est le meilleur moyen de réagir de manière inappropriée et donc au final de le perdre. Ce que l’on redoutait le plus finit par arriver. De même, aimer vraiment l’autre c’est vouloir son bonheur autant que le nôtre et même si les succès de l’autre peuvent parfois nous ramener à nos propres échecs… Il faut faire preuve de compréhension car aucune situation n’est figée, comme on dit la roue tourne. Ce n’est pas parce qu’on a échoué hier qu’on échouera aujourd’hui et ce n’est pas parce que l’autre a réussi aujourd’hui qu’il réussira demain.

 

4. On a toujours quelque chose à apprendre des autres.

Ce qui a contribué au succès de Claude François, est qu’il a écouté les conseils des autres ou qu’il s’est inspiré d’autres personnes pour s’améliorer. Par exemple, son mentor lui a dit à un moment que sa carrière s’essouflerait s’il ne changeait rien. En se rendant à un concert d’Otis Redding, il a vu des femmes danser sur la scène, ce qui l’a sûrement inspiré pour ajouter les Claudettes à ses représentations. Il a crée a surprise et l’innovation en faisant cela.

Cette leçon nous apprend qu’il faut toujours être à l’écoute, dans un sens large: mettre tous nos sens au service de notre passion. Ecouter les conseils, regarder ceux qui nous inspirent et s’approprier leurs idées pour en faire quelque chose qui nous appartient.

 

5. Personne ne peut jurer qu’il ne sera jamais infidèle

A partir du moment où il a commencé à devenir célèbre, Claude François a été entourée de femmes. Des fans admiratrices prêtes à l’attendre et à le suivre partout, mais aussi des femmes par lesquelles il était séduit au gré de ses rencontres dans le monde de la musique. Jusqu’aux femmes de l’agence de mannequin qu’il a crée, celle qu’il a surnommé “mon piège à filles”. Dans le film, on peut faire la distinction entre les femmes pour lesquelles il éprouvait du désir et celles qu’il aimait et avec qui il était en couple. Dans sa vie civile, il avait une femme qui l’attendait à la maison.Dans sa vie de star, Claude François succombait aux charmes des femmes qu’il rencontrait et il était infidèle. .

Ce film m’a donné une autre image de l’infidélité. Il m’a aidé à différencier amour et désir mais également à faire preuve de plus de compréhension à l’égard des infidèles. Claude François avait toutes ces femmes à portée de main, on peut facilement comprendre qu’il soit difficile de résister dans ce cas. Ca m’a permis non pas d’excuser l’infidélité mais de la comprendre. Finalement, je pense que l’infidélité peut dépendre du caractère d’une personne, mais pas seulement. Parfois des circonstances sont réunies et même quand on aurait cru ne jamais être infidèle, on peut céder à la tentation.J’ai donc décidé de ne plus juger les personnes infidèles. En fait, je me dis qu’il y a parfois un duel entre le corps et l’esprit: la notion de fidélité n’existe pas dans le corps mais dans le mental. C’est là que réside la difficulté car même quand le mental est fidèle à une seule personne, le corps peut avoir du désir pour d’autres personnes.

6. Le perfectionnisme est nuisible à l’excès.

Le perfectionnisme a aidé Claude François à innover dans ses chansons, ses concerts, ses tenues etc. Mais sa perfection pouvait parfois se retourner contre lui et contre ceux qui travaillaient avec lui. Il était aussi exigeant envers les autres qu’il l’était envers lui-même. Par exemple, il détestait que ses musiciens fassent des fausses notes ou que ses chemises soient mal repassées. Il voulait avoir tout contrôle sur sa carrière au point d’avoir voulu créer son propre label et d’être devenu son propre patron. Je pense qu’il voulait tellement bien faire et plaire à son public qu’au final il pouvait devenir désagréable pour ceux qui travaillaient avec lui, et cela sans s’en apercevoir.

Ce film m’a fait prendre conscience des deux facettes du perfectionnisme. Le côté positif du perfectionnisme est qu’on se dépasse, qu’on va au bout de ses actes et qu’on a le souci des détails et des choses bien faites. Mais quand il est présent à l’excès, il peut nous mettre à l’écart des autres car on a tendance à se sentir au-dessus d’eux et à penser qu’ils ne peuvent rien faire mieux que nous. Le perfectionnisme à l’excès nous empêche de lâcher prise quand c’est parfois nécessaire car on veut être sous contrôle en permanence et cela peut devenir épuisant. Donc je pense qu’il est bon d’être perfectionniste mais à petites doses seulement.

7. Nos échecs peuvent devenir un terreau fertile pour nos futures réussites.

Au lieu de ressasser les échecs de sa vie, Claude François s’en est servi pour en faire une source de créativité pour ses chansons. Par exemple, peu de temps après sa rupture sentimentale quand il a entendu un son mélancolique il s’est servi de sa rupture comme inspiration pour trouver les paroles de sa chanson “Comme d’habitude”. Et cette chanson a eu une énorme portée car elle a été peu de temps après adaptée en anglais sous le titre “My way” et interprétée par Franck Sinatra. Claude François n’en revenait pas, Sinatra son idole qui chantait une chanson qu’il avait crée de toutes pièces…Pour lui, c’était émouvant. A un moment, Claude François disait à table qu’il était en permanence critiqué, ou qu’on faisait toujours des rumeurs sur lui et ses moeurs sexuelles. Une personne lui a répondu que ça ferait une bonne chanson et une fois de plus il s’est servi d’une blessure pour créer la chanson “Mal aimé”

Ces exemples m’ont montré qu’on peut faire en sorte que nos échecs deviennent des richesses en les transformant. Non seulement, ils peuvent devenir une source d’inspiration mais en plus ils peuvent façonner notre succès. C’est cette idée que j’ai suivi en créant ce blog, plutôt que de me lamenter sur mes échecs sentimentaux passés, j’ai décidé d’en faire une richesse et de m’en servir pour avancer.

Je ne peux que vous conseiller d’aller voir ce film. Les acteurs sont tellement réalistes qu’on est propulsé dans une époque que la plupart d’entre nous n’ont pas vécu personnellement. Les années 60, ont laissé des traces et font encore parler d’elle et le temps d’un film on a l’impression de les vivre. Les personnages sont attachants, en particulier celui qui incarne Cloclo. On découvre un autre visage de la star: celui d’un être sensible habité par le désir de bien faire et d’être aimé de tous. Et voici la bande-annonce du film.

[youtubevideo code=Nx2naUGho1k]

Préserver votre vie privée, c'est ma priorité. 😉 Votre adresse email ne sera pas diffusée.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *