Etes-vous une célibataire triste ou une célibataire joyeuse?

 

Festival à la croisée des blogs.

Ce mois-ci, j’ai participé au festival « à la croisée des blogs »: c’est un évènement inter-blog dédié au développement personnel. Chaque mois un blogueur organisateur propose un nouveau thème et les blogueurs qui le souhaitent écrivent des articles en rapport avec ce thème et le publient sur leur blog. Le festival de ce mois était organisé par Patricia Letang du blog Se soigner autrement et traitait du sujet: Joie de vivre et bonne santé.

Etre célibataire n’est pas facile, mais se focaliser sur son célibat n’arrange pas les choses… Voilà deux manières d’envisager la solitude radicalement opposées qui vous aideront à savoir dans quelle catégorie vous vous situez et comment changer si c’est nécessaire.

Une femme célibataire a des périodes tristes et des périodes joyeuses. © konradbak - Fotolia.com

La célibataire triste

  • Elle s’habille avec les premiers habits qui lui viennent sous la main, ne prend pas soin d’elle. Quand vous lui dites qu’elle devrait faire un effort elle vous répond “de toute façon ça sert à quoi, j’ai personne à qui plaire…”
  • Elle dit “j’en ai marre d’être seule” et pourtant quand vous lui proposez de sortir et de voir du monde elle vous répond “non j’ai pas envie ce soir, je préfère rester chez moi”. Elle préfère déprimer toute seule chez elle devant la télé.
  • Elle n’a pas confiance en elle. Elle se déteste et pense qu’elle est nulle, moche, grosse ou autre. Elle a l’impression que tout le monde la voit comme elle se voit: inintéressante. Elle se dit “qu’est-ce qui ne va pas chez moi?”
  • Elle a le visage fermé et froid, elle regarde ses pieds en marchant et baisse les yeux quand on lui parle.
  • Elle est jalouse de tous ces gens qui sont en couple et qui sont heureux, ça l’énerve… Elle se dit “pourquoi eux et pas moi? C’est pas juste.”
  • Son passe-temps favori du matin au soir? Se plaindre: elle se plaint qu’elle est seule, qu’elle en a marre, qu’elle ne comprend pas pourquoi elle est seule. Elle voudrait aussi qu’on la plaigne, elle n’accepte pas les conseils ou les critiques pour l’aider à s’en sortir. Elle pense que personne ne peut comprendre ce qu’elle ressent, surtout pas ceux qui sont en couples, alors elle se dit qu’elle n’a aucun conseil à recevoir de leur part.
  • Elle se raccroche à l’idée de trouver quelqu’un comme si c’est ce qui allait lui sauver la vie. Soit elle idéalise la vie de couple à l’extrême en disant “quand je serai en couple je serai heureuse, je n’aurai plus aucun problème”. Soit elle dramatise les choses et se dit que l’amour est trop compliqué et n’est pas fait pour elle…

La célibataire triste a une attitude de perdante, car elle se montre comme une femme qui ne croit pas en elle et qui ne croit plus en l’amour. Mais plutôt que de l’aider à s’en sortir cette attitude ne fait que diminuer ses chances de trouver quelqu’un. En effet,  sa négativité l’éloigne des autres et ne la rend pas attirante.

La célibataire joyeuse

  • Elle fait attention à son look et prend soin d’elle jusqu’au bout des ongles. Elle se dit “On sait jamais je peux rencontrer mon futur chéri à tout moment au moins je suis prête!”
  • Dès qu’on lui propose une soirée, elle saute sur l’occasion, sans réfléchir elle se fait belle et elle sort. Elle se dit qu’ainsi elle a plus de chances de rencontrer quelqu’un, ça lui fait plaisir de sortir de sa routine.
  • Elle a confiance en elle, elle se sent au meilleur d’elle-même. Elle se dit qu’elle fait de son mieux et elle s’en félicite. Elle s’aime car elle sait qu’avant de pouvoir aimer les autres il faut d’abord s’aimer soi-même.
  • Elle sourit souvent et repère autour d’elle les hommes susceptibles de lui plaire, quand elle s’adresse aux autres elle les regarde dans les yeux.
  • Elle admire les gens qui sont en couples, les voir heureux lui donne de l’espoir et au fond d’elle-même elle se dit “bientôt ce sera mon tour!”
  • Son passe temps favori? Se centrer sur tout ce qui va bien dans sa vie, plutôt que sur ce qui ne va pas. Quand elle voit tout ce qui ne va pas dans le monde ou au coin de sa rue: la pauvreté, la famine, les maladies, les sans-abris elle se dit que finalement son célibat, même s’il est désagréable, n’est pas si grave que ça… Elle ne s’autorise donc pas à s’en plaindre.
  • Elle se dit heureuse avec ou sans homme et elle éprouve le désir de trouver un chéri, non pas pour combler son manque affectif mais pour partager de beaux moments à deux. Elle est réaliste: elle sait que la vie de couple n’est pas facile tous les jours mais elle se dit que l’amour vaut le coup, alors elle se sent prête à tenter sa chance.

La célibataire joyeuse a une attitude de gagnante, car elle apparait aux yeux des autres comme une personne optimiste, sûre d’elle et abordable. Elle croit en elle et en sa capacité à plaire. Ainsi, elle augmente ses chances de trouver l’amour.

On a toutes été à un moment ou un autre une célibataire triste…

Comment devenir une célibataire joyeuse?

1.Faites vous belle: soignez votre manière de vous habiller, de vous coiffer et de vous maquiller. Et dites vous que vous êtes belle!

2.Sortez de votre cocon: allez vous promener en ville, boire un verre ou danser au minimum une à deux fois par semaine.

3. Arrêtez de vous mettre des bâtons dans les roues: plutôt que de vous reprocher des choses en permanence prenez conscience de toutes vos qualités, prenez conscience des efforts que vous faites au quotidien.

4.Faites-vous aider: si ça ne va pas plutôt que de sortir toujours le même discours à vos amis ou proches qui ne pourront pas vous aider consultez un spécialiste: psychologue, psychothérapeute, sophrologue, coach…

5. Travaillez à devenir optimiste: faites la liste des 10 choses pour lesquelles vous êtes reconnaissante dans votre vie et regardez là quand vous vous sentez un peu triste. Tous les matins avant de vous lever pensez à au moins 3 choses bénéfiques qui vous sont arrivées dans la journée précédente et notez-les.

6. Et enfin souriez, voilà on est quand même plus belle avec un petit sourire. Sourire

Alors êtes-vous une célibataire triste ou une célibataire joyeuse?

Préserver votre vie privée, c'est ma priorité. 😉 Votre adresse email ne sera pas diffusée.

24 commentaires sur “Etes-vous une célibataire triste ou une célibataire joyeuse?

  1. Bonjour Marina,

    c’est vrai que le visage d’une femme est très important. Certaines femmes sont très belles mais ont un visage qui exprime de la colère ou de la froideur… ça donne pas du tout envie d’aller vers elles. 🙁

    Alors qu’un visage souriant et sympathique : non seulement ça requinque un homme pour la journée mais en plus ça donne envie de la rencontrer pour lui demander : « Mais qu’est ce qui te rend si joyeuse? J’ai envie de le partager avec toi! » 🙂

    1. Bonjour Michael,

      Je suis tout à fait d’accord et j’en ai déjà fait l’expérience, les hommes ne sont pas attirés par les femmes qui font la tête! 🙂

    2. Oui oui, on connait la chanson, après il te baise et puis il te plaque…

      Personnellement en désaccord avec l’article, je suis une célibataire triste, qui a un visage joyeux, qui sourit, qui sort et rencontre plein de monde. Je me fais jolie, je me stimule et m’investis dans mes passions. Conclusion : on peut être une célibataire triste sans pour autant correspondre au descriptif de l’article.

  2. Exactement Elisandre, je suis tout à fait d’accord avec toi!

    J’ai lu dans un livre que pour être heureux en amour il faut d’abord former un beau couple avec soi-même avant de former un couple avec un autre, car c’est le seul qu’on peut totalement maîtriser.

    J’aime assez cette idée…

  3. Et on peut aussi être une célibataire joyeuse même si l’on est en couple (en avoir l’attitude), le couple n’en sera que plus heureux et plus durable.
    En résumé, à mon humble avis, il est nécessaire de savoir être une célibataire joyeuse pour devenir une compagne ou une épouse heureuse

    1. Se comporter comme une célibataire joyeuse même quand on est en couple, j’aime beaucoup ce concept! 🙂

      Je pense que c’est une excellente manière de casser la routine et de (re)séduire son homme au quotidien…

  4. Je suis tout à fait d’accord avec Patricia sur le fait qu’il faille être une célibataire joyeuse pour devenir une compagne heureuse.

    Après il y a également une question d’âge et de responsabilités qui s’ajoute avec le temps.

    J’ai adoré mes période de célibat et j’aime ma vie de couple mais parfois je me prends à regretter la légèreté d’antan !!!

    A bientôt,

    Lara

    1. Bonjour, je partage cet avis aussi pour être heureuse en couple il faut déjà être heureuse seule… Attendre de l’autre qu’il nous rende heureux n’est pas se rendre service, ni à soi-même, ni à son couple.

  5. Je préfère mille fois être un célibataire heureux que malheureux.

    Je dirais que ces personnes n’ont peut-être pas encore compris le bonheur qu’il y a de vivre une vie pleine et épanouie.

    Qu’on soit célibataire ou en couple, le bonheur ne dépend nullement des autres.

    Il vient toujours de nous!

  6. Bien dit Samuel! Le bonheur ne repose qu’en nous et nulle part ailleurs…

    Ca me fait penser à une citation que j’aime beaucoup du Dalaï Lama « Le vrai bonheur ne dépend d’aucun être, d’aucun objet extérieur. Il ne dépend que de nous… »

  7. Bonjour,
    Sincèrement, cette idée du développement personnel qui dit que tout repose sur nous est à nuancer sérieusement.
    Elle entretient un individualisme farouche;
    Que nous soyons responsable de notre point de vue oui mais que notre bonheur dépende uniquement de nous NON. c’est une chose absolument impossible car nous ne sommes pas des électrons libres et que l’amour est justement le fait de se sentir Un avec le tout, donc avec tous les autres.
    Ce qui rend heureux fondamentalement c’est d’être en lien et de servir le Tout.
    Nous avons énormément besoin de reconnaissance. Sans elle nous mourrons. Un enfant sans reconnaissance dépérit rapidement.
    C’est dans le regard attentionné des autres que nous nous épanouissons.
    Sans les autres, nous n’avons pas la sensation d’exister.
    C’est un cercle vertueux ; plus on nous aime et plus nous sommes capable d’aimer et vice versa.
    Le Dalai lama lui-même peut se tromper.
    Dans ma pratique, vu le nombre de personnes qui portent des blessures parce qu’elles n’ont pas été aimées..je ne peux acquiescer aux paroles du Dalai Lama.

    Voilà, désolé d’être d’un avis différent; Essayez
    de vous imaginer vraiment seule sans que personne ne vous témoigne le moindre intérêt – que de l’indifférence- pendant longtemps et dites moi ensuite comment vous vous sentez…

    Elisandre

  8. Bonjour Elisandre,

    Je ne suis pas d’accord avec toi, je pense qu’on n’a pas besoin de l’approbation des autres pour être heureux. Et ce n’est pas être individualiste que de dire ça car au contraire, j’ai des pensées et projets altruistes. Mais pour moi l’approbation et la reconnaissance ne sont pas à proprement parler de l’amour…

    Biensûr que ce qui se passe dans notre vie ne dépend pas de nous, ce n’est pas ce que je dis.

    Mais notre bonheur dépend plus de notre réaction aux choses plutôt qu’aux choses qui se passent elle-mêmes dans notre vie, et ça j’en suis convaincue.

    Si tu prend deux personnes qui ont exactement la même vie, l’une est heureuse l’autre ne l’est pas. Ce qui change c’est la réaction aux évènements de cette personne. Voilà la façon dont j’interprète cette citation du Dalaï Lama: nous avons tous en nous la capacité à être heureux, peu importe ce qui se passe autour de nous.

    Marina

  9. Allô,
    Ce qui me surprend toujours c’est le nombre de personnes qui ne sont pas bien dans leur peau, tant hommes que femmes, et qui «réussissent» à se trouver un partenaire.

    Qui s’assemblent se ressemblent?

    Pourtant, je connais des personnes qui ne sont ni heureuses, ni satisfaites d’elles-mêmes, qui sont complexées, qui ne peuvent vivre seules et qui ont un partenaire (souvent agréable, du moins en apparence) depuis toujours.

    Faut croire que le partenaire n’a peut-être pas d’autonomie affective ou quelque chose du genre. C’est habituellement ce que je découvre en posant certaines questions. La personne ne pourrait pas vivre seule…

    Vivement la combinaison autonomie affective, appréciation de soi et regard positif des autres sur soi puisque nous vivons en société et unis les uns aux autres!

    Sco! 🙂

    1. Bonjour Sco!
      Oui tu as bien élucidé le mystère en effet, moi aussi je me posais la question… Enfin le tout est aussi de savoir comment étaient ces personnes quand elles se sont rencontrées, car parfois des personnes qui étaient bien dans leur peau quand elles étaient célibataires se laissent aller une fois qu’elles sont en couple et finissent par complexer.

      Moi aussi, je trouve qu’il n’y a rien de mieux que l’autonomie affective et une bonne estime de soi. C’est bénéfique à la fois pour nous et pour le couple 🙂

      Marina

  10. Marina,
    Je partage totalement ton point de vue. Cependant, quand je relis le commentaire d’Elisandre, je ne vois pas une réelle divergeance. C’est justement une question d’angle de vue. Finalement, vous vous rejoignez.

    Je ne suis pas célebataire et je suis un homme, mais je me suis senti interpeller par l’article et les commentaires. On parle ici de vivre pleinement, qu’on soit célibataire ou en couple.

    C’est vrai qu’il existe des personnes comme décrites dans l’article. J’en vois dans mon entourage.

    Personnellement, je crois qu’il faut commencer par donner ce que je désire. Si je veux de l’attention, de la part de gens qui en demandent aussi, je suis dans un cul de sac. Alors, j’en donne puis qu’on m’en demande. Et c’est gratuit! Curieusement, ces gens s’approchent.

    Vous me direz que c’est un froid calcul? Là je partage le point de vu Élisandre. J’ai besoin d’amour.
    André

    1. Merci André de partager ton point de vue (et de me « réconcilier » avec le point de vue d’Elisandre :))

      Oui on a tous besoin d’amour: amour pour soi, amour pour les autres, amour des autres… L’essentiel est de ne pas en devenir esclaves.

      Je partage ton idée de donner ce qu’on veut recevoir, de se comporter avec les autres comme on aimerait qu’il se comportent à notre égard, bizarrement j’ai remarqué que la plupart du temps ce ne sont pas les personnes à qui on donne le plus qui nous le rendent mais d’autres personnes…

      Marina

  11. Je suis en couple avec un gars dans un autre pays et je ne veux pas le tromper , mais je le vois pas encore alors je je sais pas trop quoi faire parce-que si je sort je sais que se sera pas pour rencontrer parce-que j’en est un!
    Jai eu du mal a vivre seul pour lontemps je Lui parle via Skype! Et je l’aime!

  12. Pour ma part, comme Elisandre, je partage l’idée selon laquelle le fait d’être heureux ne dépend pas uniquement de nous, et que l’interaction avec l’autre joue un rôle primordial dans notre vision de nous-mêmes. Les autres nous renvoient notre image, et le fait de rencontrer les bonnes ou les mauvaises personnes va beaucoup jouer dans notre confiance en nous. Je pense qu’une seule personne que l’on rencontre peut parfois suffire pour modifier complètement la donne en nous. Je pense que nous avons absolument besoin des autres, que ce soit dans notre vie passée ou présente, pour pouvoir asseoir et légitimer notre confiance en nous, notamment si nos parents ne nous ont pas donné cette fameuse confiance – car je pense que la confiance en soi ne nait pas de rien, c’est comme pour l’essence d’une voiture, on pourra pas rouler si on n’a pas au moins un peu d’essence au départ. Je doute en effet que quelqu’un qui a majoritairement reçu une image négative de lui/elle-même puisse ne pas avoir besoin des autres pour avoir une bonne confiance en soi. « S’aimer soi-même pour pouvoir aimer les autres » est donc à mon sens trop réducteur, dans le sens cela nie l’importance des interactions dans notre développement, là où par ex. déjà énormément de gens ont aidé leur amoureux/se à se construire après un traumatisme (par ex dans le cas de personnes abusées).
    Il peut y avoir des raisons très différentes au fait de ne pas avoir confiance en soi et d’être malheureux, et il est nécessaire de le comprendre.

    Aussi, répertorier les gens en deux catégories est restrictif. Il peut y avoir des gens malheureux mais qui ne se plaignent pas et essaient d’aller un peu mieux en combattant leurs problèmes. Ces personnes vont attirer moins de monde, c’est certain, mais c’est logique au vu du fait qu’il y aura moins de monde étant suffisamment fort et patient pour souhaiter les comprendre. Pour reprendre l’exemple d’une personne abusée, ça ne sera pas à la portée de n’importe qui de se mettre avec et d’avoir la patience et la force de traverser les difficultés que ça implique. Mais ça reste possible si les deux y mettent du leur.

  13. vraiment moi je suis en ce moment un célibataire triste qu’a c’est juste hier que ma destinée en qui j’ai mis toute ma confiance vient de me lâcher sans raison vraiment j’ ai mal et j’ai envie d’oublier tout ce qu’on a construit depuis 4 ans.Vraiment sa fait mal, j’ai des chaudes larmes aux yeux. merci pour si tu veut m’aider a remonter le moral.

  14. Bq de blabla.cela fait 5 ans que je ne trouve pas.je sirs je suis souriante mais je n ai droit qu a des hommes qui veulent coucher .!!!! Ok on me dit belle , rigolote ,avec une bonne situation professionnelle Avec de la conversation. Mes amis disent comment peux tu etre seule? j invite du monde .alors on fait quoi ????? J en ai fait des sites de rencontre .entre les hommey pas libres, a probleme qui ne rappellent jamais …on continue la liste ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *